Windmill

Verdir notre environnement urbain

Termes fréquemment utilisés

Approche fondée sur un triple résultat : Ensemble élargi de valeurs et de critères servant à évaluer la réussite d’une entreprise sur les plans économique, social et écologique, c’est-à-dire non seulement selon les critères habituels, mais aussi à partir d’indicateurs non traditionnels comme le taux d’émissions de dioxyde de carbone, la quantité de déchets générés ainsi que la santé et la satisfaction des utilisateurs.

Bois certifié FSC : Le Forest Stewardship Council est un organisme à but non lucratif de certification forestière qui évalue la gestion et la durabilité des forêts partout dans le monde en fonction de critères précis. Les ressources en bois de nombreuses forêts certifiées FSC se régénèrent rapidement en raison du recours à des essences hybrides et à des méthodes d’aménagement avancées. D’autres forêts profitent simplement d’une gestion soigneuse qui limite l’impact de l’exploitation sur l’environnement et les gens, et qui a également des retombées sociales positives.

Bois récupéré : Bois récupéré lors de la « déconstruction » d’un bâtiment ou d’une structure. Ce bois peut servir à des usages non structurels comme les lambris ou les planchers. S’il est reclassé, il peut servir à des usages structurels.

Carboneutre : Terme utilisé pour qualifier un projet ou un processus dont le bilan d’émissions de dioxyde de carbone est nul, ce qui exige généralement la production énergie renouvelable sur place et l’utilisation des déchets, de la chaleur excédentaire ou des surplus d’énergie pour des usages externes.

Certifié LEED Platine : Il y a quatre niveaux de certification LEED : Certifié, Argent, Or et Platine. Le niveau « Platine », le plus élevé, est réservé aux bâtiments les plus « verts », sains, performants et efficaces soumis au système d’évaluation LEED.

Composés organiques volatils (COV) : Bon nombre de produits de consommation courante libèrent des composés organiques volatils, souvent sous forme de formaldéhyde gazeux, un sous-produit des matières à base d’hydrocarbures. Les matériaux de construction comme les panneaux de particules, le contreplaqué, les adhésifs, peintures et vernis, le tapis, les rideaux et les meubles contiennent souvent du formaldéhyde. D’autres sources moins connues comprennent le tabac, les gaz d’échappement, le parfum, les agents nettoyants, le fixatif et même les photocopieurs et imprimantes. Selon le degré d’exposition, les COV peuvent irriter les yeux, les oreilles ou la gorge ou entraîner des réactions plus graves comme une respiration sifflante, des problèmes pulmonaires, des pertes de mémoire ou de l’anxiété. L’utilisation de produits à faibles émissions de COV permet de réduire les risques et d’améliorer la qualité de l’air à l’intérieur.

Conception axée sur le piéton : Techniques de planification et d’architecture visant à créer un environnement urbain accessible favorisant les déplacements à pied. En général, il faut un concept d’aménagement compact, un réseau de rues fortement interconnectées, une gamme de commerces, des restaurants, des bâtiments à usage résidentiel et commercial, des rues étroites, de larges trottoirs, des arbres qui fourniront de l’ombre, des traversées de piétons sécuritaires et des bâtiments orientés sur la rue.

CVC : Acronyme signifiant « chauffage, ventilation et climatisation ».

Eaux grises : Eaux usées provenant des lavabos, douches, bains et éviers. Ces eaux peuvent être conservées dans un dispositif spécial et servir ensuite à l’arrosage des pelouses et du jardin, ou à d’autres utilisations relativement inoffensives de l’eau non potable, comme l’alimentation d’une nappe souterraine. Les eaux provenant des toilettes sont appelées « eaux noires ». Elles doivent être soigneusement dirigées vers les égouts ou des installations septiques.

Empreinte écologique : Mesure de la pression qu’exerce l’humanité sur les écosystèmes terrestres. Elle compare la demande humaine en ressources à la capacité de régénération de la planète. Elle représente la superficie des terres productives et des eaux dont l’humanité a besoin pour produire les ressources qu’elle consomme et absorber les déchets qu’elle génère. L’empreinte écologique de l’humanité est en train d’épuiser le capital naturel de la planète. En effet, il faudrait l’équivalent de 1,4 planète Terre pour absorber notre empreinte écologique actuelle, qui continue d’ailleurs de grandir.

Énergie renouvelable : Énergie provenant de sources naturelles comme le soleil, le vent, la pluie, les marées ou la chaleur géothermique, qui se renouvellent naturellement.

Énergie verte : Désigne le plus souvent la production d’électricité à partir de sources écologiques comme l’énergie photovoltaïque, géothermique, hydroélectrique, marine ou éolienne ainsi que la biomasse et les piles à hydrogène. Comme les moyens traditionnels, ces méthodes ont un coût important, et dans certains cas, des conséquences négatives comme le bruit, une apparence disgracieuse ou le détournement de cours d’eau. L’utilisation à grande échelle de ces méthodes est difficile en ville, mais de nombreux bâtiments résidentiels et commerciaux utilisent des panneaux solaires pour produire de l’électricité et réchauffer l’eau et l’air ambiant. En supposant qu’on puisse un jour compter sur la fusion nucléaire propre pour la production d’électricité, on pourra grandement réduire, voire éliminer, le recours aux combustibles fossiles. La production d’énergie verte a aussi pour avantage de réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Fabriqué localement : Produit fabriqué à une relative proximité du chantier. Dans le système d’évaluation LEED, il s’agit de matériaux extraits ou fabriqués dans un rayon de 800 kilomètres. On vise ainsi à réduire au maximum le transport sur de longues distances ainsi que la consommation d’énergie et la pollution qui y sont associées.

Friche industrielle : Bâtiments industriels ou commerciaux abandonnés, inoccupés ou sous-utilisés dont le réaménagement est compliqué par la contamination réelle ou perçue de l’environnement.

Gestionnaire du développement : Gestionnaire qui planifie, organise, obtient et gère les ressources nécessaires à la réalisation d’un projet au nom du propriétaire ou du gestionnaire immobilier.

Hautement écologique : Terme désignant des pratiques de conception qui vont au-delà des approches « légèrement écologiques » visant simplement à limiter les dommages. Les pratiques hautement écologiques visent la durabilité holistique ainsi que des milieux de vie régénérateurs et fortifiants.

LEED : De l’anglais Leadership in Energy and Environmental Design. Le programme LEED, conçu par le U.S. Green Building Council, est un système d’évaluation des bâtiments commerciaux, institutionnels et résidentiels, existants ou nouveaux. Il mesure la performance environnementale globale d’un bâtiment pendant son cycle de vie et fournit une méthode concrète pour analyser les normes qui s’appliquent à un bâtiment vert.

Microservice : Projet indépendant de production d’énergie renouvelable à l’échelle d’une communauté. Il est utile, dans le cadre de projets de communauté durable, de créer une entité distincte qui construira, possédera et exploitera un système énergétique dont le bilan ainsi que les risques et avantages seront distincts de ceux du projet lui-même.

Modernisation : Rénovation complète et en profondeur de bâtiments existants dans le but d’économiser de l’énergie, d’assainir les milieux intérieurs et de réaliser des économies d’argent à long terme.

Panneau solaire photovoltaïque : Panneau installé sur un toit ou sur le sol pour récupérer l’énergie solaire et la transformer en courant électrique continu à l’aide de piles voltaïques. Un contrôleur spécial convertit cette électricité en courant alternatif qui convient à la plupart des usages résidentiels et commerciaux. L’électricité produite de cette façon peut être entreposée dans des piles, utilisée à mesure pour compenser la consommation d’électricité d’un bâtiment ou dirigée vers le réseau électrique commercial pour servir ailleurs. Ces panneaux ne fonctionnent qu’en présence de lumière, mais continuent à produire de l’électricité par temps nuageux.

Produits à base de matières recyclées : Produits fabriqués à partir de matières recyclées après consommation (plastique, fibre, bois, verre, etc.). Les activités de déconstruction sont une autre source de matières premières utilisées pour la création de nouveaux produits, des tuiles aux tapis en passant par les revêtements de sol en matériaux composites. Les produits à base de matières recyclées aident à réduire le besoin de fabriquer de nouvelles matières premières.

Promoteur principal : Propriétaire qui aménage son terrain pour le compte de sa propre entreprise, pour l’exploiter ou le vendre.

QAI : Qualité de l’air à l’intérieur. Vu l’étanchéité croissante des bâtiments, les substances chimiques présentes dans les finis s’accumulent plus facilement. Dans les bâtiments verts, on utilise des matériaux à faible émissivité, y compris des peintures, adhésifs, tapis, produits du bois et revêtements à faibles émissions de composés organiques volatils (COV). On privilégie aussi l’apport d’air frais sans sacrifier les économies en énergie de chauffage et de refroidissement.

Récupération de la chaleur : Processus par lequel l’air chaud ou froid résiduel est récupéré par des échangeurs de chaleur et des roues enthalpiques, et utilisé pour réchauffer ou refroidir l’air ou l’eau d’un autre système.

Roue enthalpique : Mécanisme d’échange de chaleur par lequel l’air évacué transmet sa chaleur ou sa fraîcheur à l’air frais provenant de l’extérieur.